accueil
  historique
  oeuvres
  bibliothèque
  trucs et astuces
  liens
  contacts
 
galerie photos
 
 

BOIS CORDE

En deux mots…
Technique de maçonnerie simple, originaire du Québec.

Ingrédients
- bois de chauffage (par exemple : pin, hêtre, chêne)
- huile de lin
- ciment (sable de Rhin, sable jaune, sciure de bois, chaux, eau)

Qualités
- Economie : utilisation du bois de chauffage.
- Ecologie : matière essentiellement naturelle (bois et ciment écologique, à savoir un mélange de sable de Rhin, de sable jaune, de sciure de bois, de ciment – 7,5 % –, de chaux et d’eau).
- Faisabilité : technique accessible au plus grand nombre (petits et grands) ; elle requiert peu d’apprentissage technique, se compose d’ « ingrédients » peu lourds donc transportables (bûches ne dépassant pas 60 cm de long et 5 kg), nécessite peu d’outils (ni bétonneuse ni outil spécifique), s’opère en toute saison (excepté en période gel) et de manière très progressive (fabrication du mortier écologique au fur et à mesure et en petite quantité).
- Isolation : technique d’isolation thermique recommandée (en cas d’utilisation de bois bien sec !).

Méthode
- dessin de la forme de l’habitation sur le sol et creusement des fondations (au moins 40 cm de profondeur).
- trempage de chaque extrémité de bûche dans de l’huile de lin (cf. § Consignes précautionneuses / Protection).
- placement et superposition des bûches, perpendiculairement au mur, sur des couches de mortier de manière à laisser les bouts des bûches apparents
- comblement des trous au mortier.
# remarque 1 : veiller à assurer cohésion et solidité (ne pas lésiner sur le mortier : mur constitué de 50 % de bûches et 50 % de mortier environs).
# remarque 2 : murs pas tout à fait droits géométriquement (ce qui induit que l’on peut jouer avec le terrain, sur les formes, etc.).
# remarque 3 : au gré de l’avancement de la construction, possibilité d’insertion d’objets dans la matière (mortier) et de façonnage de trous et fentes (pour portes et fenêtres par exemple).

Consignes précautionneuses
- Protection du bois : indispensable de ne pas recouvrir les extrémités des rondins par du mortier (cela entraînerait son pourrissement) ; préférable de traiter le bois contre la moisissure et les champignons en enduisant les extrémités avec les produits adéquats (huile de lin, par exemple).
- Type de bois : indispensable de choisir un bois de feu (pin, hêtre, chêne), écorcé et sec (temps de séchage : 2 ans pour les feuillus et 3 ans pour les résineux).
- Volume de mortier : préférable de ne pas préparer de grandes quantités à l’avance (pour pouvoir ainsi tenir compte du temps et des bonnes volontés dont on dispose).

     
Asbl Animation & Créativité EXPRESSIONS DE LA CREATIVITE MONUMENTALE EN COMMUNAUTE FRANCAISE